Sur le chemin de l'amitié ,de la nature et des animaux
Bienvenue sur notre forum!

Au plaisir de vous lire très vite et de faire un bout de chemin ensemble,dans le partage et l'amitié :)


Sur le chemin de l'amitié ,de la nature et des animaux

Vous êtes curieux, vous aimez la nature, les animaux , ce qui est bizarre, étrange drôle ou inouï, vous aimez bavarder et partager votre quotidien dans le rire et la bonne humeur, venez nous rejoindre : )
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrachés à leur île

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pivoine
Admin
avatar

Messages : 7250
Date d'inscription : 27/03/2015

MessageSujet: Arrachés à leur île   Lun 24 Oct - 13:13

Pour repeupler la France rurale, quelque 1.600 enfants réunionnais ont été arrachés à leur famille entre 1963 et 1982. Un traumatisme qui continue aujourd'hui encore à hanter ces exilés. Dimanche 4 septembre 2016, une quarantaine d'entre eux sont revenus à la maison de l'enfance de Guéret, qui fut construite pour accueillir les jeunes Réunionnais. Certains n'étaient pas revenus dans ces locaux depuis cinquante ans.

« Quand ils nous maîtrisaient, ils nous attachaient aux radiateurs et appelaient les policiers, qui nous embarquaient et nous frappaient. »

Jean-Charles Serdagne est de ceux-là. Dans le couloir, l'homme n'y tient plus : « C’est là que ça bastonnait avec les éducateurs. On avait parfois le dessus mais quand ils nous maîtrisaient, ils nous attachaient aux radiateurs et appelaient les policiers, qui nous embarquaient et nous frappaient ».

À la maison de l’enfance de Guéret, Jean-Charles Serdagne faisait partie des grands, des « durs ». « J’avais 17 ans en 1970, on était révoltés, c’est vrai », reconnaît aujourd’hui le sexagénaire. Ce climat de violence n’est pas la seule caractéristique de ce lieu hautement symbolique de l’exil des enfants réunionnais, où cohabitaient des mineurs de tous âges.

Construit à partir de 1963, ce foyer a joué, pendant plus d’une décennie, le rôle de « centre d’orientation », pour ne pas dire de tri, pour une proportion importante des pupilles réunionnais. « En 1966, la maison de l’enfance était pleine à craquer. Il y avait des arrivages par cars entiers », relate Simon A-Pois, le président de l’association des Réunionnais de la Creuse qui a joué les guides dimanche.


Aujourd’hui, la maison de l’enfance a été « absorbée » par le centre hospitalier de Guéret mais le passé n’est pas complètement effacé : Simon A-Pois montre le « cachot ». Chaque salle, chaque bureau a une histoire. Les visages reviennent : le directeur réunionnais sympa « qui a été viré parce qu’il voulait qu’on rentre » ; les lingères « qui nous donnaient des pulls » ; l’assistante sociale, honnie, qui avait fait le boulot de « recrutement » sur l’île ; la psychologue qui « évaluait » les enfants à l’arrivée. Les paroles, les souvenirs se sont télescopés.

Dans un reportage publié il y a deux ans sur Arte, Simon A-Pois expliquait face à la caméra la douleur de ces enfants arrachés à leur famille.





Un exil organisé par l’État entre 1963 et 1981

La paternité de cette initiative, qui apparaît aujourd’hui saugrenue, revient à l’ancien Premier ministre Michel Debré, élu député de La Réunion en 1962 : une partie de la population de l’île vivait alors dans la misère, la démographie était galopante. Au début des années 1960, l’économie française recrutait à tour de bras dans les anciennes colonies.

À partir de 1963, les services de la DDASS ont organisé la transplantation des orphelins réunionnais, mais aussi des enfants de famille nombreuses et pauvres vers des départements ruraux métropolitains vieillissants. L’accueil a rarement été à la hauteur des promesses d’études et de « belles carrières » faites aux familles. 1.600 mineurs réunionnais au moins ont été exilés.

Nombre d’entre eux ont été considérés comme une « main-d’œuvre » bon marché, notamment dans des fermes de la Creuse, département qui a accueilli le plus d’enfants. Ceux qu’on appelle « les enfants de la Creuse » ont fait éclater le scandale de ces vies fracassées en 2002. Leur histoire n’est plus un tabou de la République, en attendant d’éventuelles réparations.



+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+
Revenir en haut Aller en bas
http://bavards.forumactif.org
Momone

avatar

Messages : 1272
Date d'inscription : 04/01/2016
Age : 59

MessageSujet: Re: Arrachés à leur île   Lun 24 Oct - 16:42

J'ai effectivement déjà vu des reportages sur ce sujet... un crève-coeur ! pale

Comment peut-on faire des choses pareilles ? ça me sidère toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Pivoine
Admin
avatar

Messages : 7250
Date d'inscription : 27/03/2015

MessageSujet: Re: Arrachés à leur île   Lun 24 Oct - 16:46

Il y a d'autres scandales semblables,je ne sais plus si c'était en Belgique,ou peut-être toujours en France.

Ces maisons d'enfants,il y en avait une pas loin d'où je vivais,il s'y passait des sévices,j'ai toujours eu la crainte d'y finir jusqu'à ma majorité.



+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+
Revenir en haut Aller en bas
http://bavards.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrachés à leur île   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrachés à leur île
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quel âge vos bibous ont eu leur première dent?
» Les apiculteurs parlent des OGM de leur problèmes face a l'envahisseur...
» A quel age vos enfants ont lu leur premier "vrai" livre?
» comment leur expliquer qu'un bebe va arriver (cherche livre)
» les filles qui quittent leur cpe !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sur le chemin de l'amitié ,de la nature et des animaux :: L'actu de votre région-
Sauter vers: